Comment devient-on thérapeute avec le cheval ?

La formation de thérapie avec le cheval est une formation postgrade qui s'adresse aux professionnel-le·s au bénéfice d’une formation préalable d’une Haute Ecole dans les domaines de la santé, du travail social ou de la psychologie, qui souhaitent utiliser le cheval comme allié thérapeutique dans leur pratique professionnelle.

Afin de pouvoir entrer en formation, ces professionnels de la santé et ou du social doivent déjà avoir une expérience du cheval et pouvoir en attester. Ils doivent également avoir effectué un processus thérapeutique personnel et pouvoir en attester.

 

L’admission se fait sur dossier pour l'ensemble des candidat-e-s; pour les personnes ne possédant pas les titres exigés, il existe une procédure d'admission par dossier de démonstration de compétences.

La formation est donnée par la Haute école de travail social et de la santé - HETSL - Lausanne en partenariat avec l’ASTAC.

La formation compte 40 crédits ECTS répartis en 5 modules. Elle s’étend sur 3 ans et compte 45 jours de formation hors stages.

Le module 1

Permet d’acquérir une pratique et des savoirs spécifiques liés au cheval

Le module 2

Permet d’acquérir une méthodologie de la TAC et de ses champs d’application

Le module 3

Permet de construire une pratique en TAC

Le module 4

Permet la construction du savoir en TAC

Le module 5

Permet la construction d’une posture de recherche en TAC

Cette formation débouche sur un « Diploma of Advanced Studies HES·SO en thérapie avec le cheval ».

  • Pour toutes les informations concernant les pré-requis pour entrer en formation ainsi que sur la prochaine volée du DAS HES-SO en TAC, veuillez consulter le site de la HES-SO

 

Pour toute question concernant la formation ou les pré-requis, veuillez contacter l’HETSL. L’ASTAC ne gère pas cette formation

Pour plus d’information sur le métier de thérapeute avec le cheval, vous pouvez consulter la page de l’orientation professionnelle consacrée aux thérapeutes avec le cheval. (www.orientation.ch)

 

Vous souhaitez devenir thérapeute avec le cheval ?

Avant d’entreprendre la formation HES visant à acquérir un DAS en Thérapie avec le Cheval, il nous paraît important d’apporter quelques remarques importantes ! 

 

Cette formation permet de développer une méthode et des outils spécifiques destinés à la pratique de la Thérapie avec le cheval ; elle complète la formation de base en santé-social. Sauf mandats publics ou institutionnels conséquents, il est difficile de générer un revenu suffisant pour vivre de la TAC. La plupart des thérapeutes ont souvent une activité salariée complémentaire.

 

Ce préalable fait, il est important de se poser les questions suivantes : ai-je envie d’être salarié-e par une institution pratiquant la TAC ou vais-je développer une activité indépendante ?
Salariat

Il conviendra de vérifier si l’infrastructure existante permet de pratiquer convenablement la TAC (équipement adéquat et sécurisé, disponibilités temporelles suffisantes, chevaux adaptés à la pratique et pouvant être facilement à disposition, accessibilité aux patients, etc.). Il est conseillé d’établir un contrat d’utilisation explicitant clairement les droits et devoirs des parties concernées.

Indépendance

Si le choix se porte sur le développement d’une activité indépendante, il convient de s’interroger sur des modalités comme la location d’une infrastructure et ses équidés extérieure à sa pratique, ou l’acquisition de ses propres équidés qui seront amenés à travailler dans une structure tierse ou dans votre propre structure.

Dans l’optique de travailler avec ses propres équidés voire d’acquérir sa propre structure, il est primordial de bien mesurer les responsabilités et engagements inhérents à cette décision.

 

Cela suppose de bonnes connaissances sur les besoins des équidés et les conditions de détention, sur la Loi sur la Protection des Animaux mais aussi sur les articles spécifiques à la détention d’équidés selon la Loi sur l’Aménagement du Territoire et, par déclinaison, sur ce que prévoit le Plan général d’affectation ou Pacom de la commune sur laquelle vous souhaiteriez développer votre infrastucture. La formation DAS en TAC vous amènera des informations utiles sur les besoins équins, la loi qui légifère les conditions de détention des équidés et sur la LAT. Il vous appartiendra de vous renseigner sur les PGA ou Pacom des communes concernées par votre projet d’acquisition.

 

D’une manière générale, s’engager dans l’acquisition d’un équidé demande un investissement en temps et en argent. C’est s’embarquer dans l’aventure de vivre avec un ou des compagnon(s) qui peut-vent vivre une trentaine d’année. Dans le cas où vous utiliseriez une écurie ou un manège d’un tiers, votre équidé pourra cohabiter avec d’autres compagnons et, selon les conditions de sa pension, être pris en charge quant à son alimentation et l’hygiène de la litière et des parcs. Il vous faudra néanmoins assurer les soins vétérinaires et de maréchalerie (parage, ferrage).

 

Si vous deviez développer votre propre infrastructure

 

il vous faudra bien réfléchir au concept de détention, d’alimentation et d’entretien de l’espace recherché (et conforme aux lois précitées). Le lieu est-il pratique pour la manipulation des brouettes ou machines, les accès sécurisés, la zone de pacage suffisante, les surfaces suffisamment planes pour travailler avec les patients, etc. ?

 

Il vous faudra aussi acquérir au moins deux équidés car, en tant qu’animaux grégaires, ceci est une condition incontournable. Ils seront choisis en fonction de leurs prédispositions à la TAC, leur rusticité, leur capacité à cohabiter en troupeau, à se séparer pour les besoins de la TAC, et à ne pas s’opposer en matière d’affourragement (par exemple, râtelier en libre service peu adapté aux équidés prédisposés aux fourbures, etc.). 

 

Tout ceci demande de la réflexion, des visites de lieux tenus par des professionnels du cheval et par des collègues thérapeutes, de la patience, des moyens financiers conséquents et surtout du temps pour s’occuper au quotidien des équidés, de les former, de faire face aux aléas santé qui peuvent être en partie prévenus par une infrastructure et alimentation adaptées (avec une préférence pour la stabulation libre en troupeau) et par l’acquisition de chevaux sains, jeunes et en bonne santé. Un conseil, évitez les cadeaux empoisonnés avec des équidés donnés ou trop bon marché car trop vieux, boiteux ou souffrant du dos ou d’emphysème !

 

Enfin, pensez aussi à la retraite de ces compagnons de route qui vous donneront tant au (long) cours de votre partenariat avec eux !